Exercices de réécriture

Objectif : j’apprends à réécrire un texte

La réécriture est un exercice de transposition (de changement) portant sur un passage d’un texte.

On peut vous demander de changer : 
– les personnes (Par exemple, remplacer une 3ème personne du singulier par une 1ère personne du pluriel) 
– les temps (Par exemple, remplacer le système du présent par le système du passé) 
– le nombre (Par exemple, passer du pluriel au singulier)

Réécrivez le texte suivant en remplaçant le chevalier par les chevaliers et en faisant toutes les modifications nécessaires.

Le chevalier ne perdit pas un instant, il chevaucha par les montagnes et par les vallées, à travers les forêts profondes. Il rencontra bien des embûches en franchissant des contrées sauvages et hostiles. Il découvrit enfin le sentier étroit et plein de ronces, dans la forêt ténébreuse. 

Ch. de Troyes, Yvain, le chevalier au lion, XIIᵉ siècle.

Réécrivez ce texte à l’imparfait.

À Lyon, on ne prononce pas le français comme à Paris. Sur la scène, les acteurs de M. Molière parlent de la même façon. Moi, je parle comme Frosine, avec l’accent lyonnais. […] Il y a beaucoup de détails auxquels je dois faire attention.

M.-C. Helgerson, Louison et Monsieur Molière, Flammarion, 2001.

Réécrivez ce texte au passé simple

Le seigneur demeure dans sa capitale pendant trois mois, […] en décembre, janvier, février, puis il quitte la cité au premier jour de mars et va vers le sud, jusqu’à l’océan, à deux journées de là. Il emmène avec lui dix mille fauconniers, cinq cents gerfauts, faucons pèlerins et sacres, et d’autres oiseaux en grand nombre, et aussi des autours, pour chasser les oiseaux le long des rivières. Les fauconniers chassent constamment, et rapportent au seigneur l’essentiel de leur butin. Et […] quand le seigneur va à la chasse avec tous ses gerfauts et tous ses autres oiseaux, il y a autour de lui bien dix mille hommes.

M. Polo, Le Livre des merveilles, XVᵉ siècle.

téléchargez la fiche de cours au format PDF

Réécrivez le texte suivant en mettant le premier verbe au présent et en faisant toutes les modifications nécessaires.

On descendait le cheval ; et c’était toujours une émotion, car il arrivait parfois que la bête, saisie d’une telle épouvante, débarquait morte. En haut, lié dans un filet, il se débattait éperdument ; puis, dès qu’il sentait le sol manquer sous lui, il restait comme pétrifié, il disparaissait sans un frémissement de la peau, l’oeil agrandi et fixe. Celui-ci étant trop gros pour passer entre les guides, on avait dû, en l’accrochant au-dessous de la cage, lui rabattre et lui attacher la tête sur le flanc. La descente dura près de trois minutes, on ralentissait la machine par précaution. Aussi, en bas, l’émotion grandissait-elle.


É. Zola, Germinal, 1885.

 Réécrivez cette recette en transposant les verbes de l’infinitif à la 2ᵉ personne du singulier du présent de l’impératif.

« La mousse au chocolat d’Éric le pâtissier ».

Faire bouillir dix centilitres de crème liquide. Casser deux-cents grammes de chocolat en morceaux et les ajouter à la crème. Prendre trois œufs, séparer les blancs des jaunes et verser les jaunes dans la casserole. Retirer la casserole du feu et y mettre cent-vingt grammes de beurre coupé en morceaux. Battre les blancs d’oeufs en neige. Incorporer d’abord un tiers des blancs à la préparation chocolatée, mélanger doucement puis introduire le reste. Tenir au réfrigérateur au moins trente minutes. Servir frais

Réécrivez le passage ci-dessous en mettant les verbes conjugués à l’imparfait de l’indicatif

C’est un village, et pas une ville ; les rues, grâce au ciel, ne sont pas pavées ; les averses y roulent en petits torrents, secs au bout de deux heures ; c’est un village, pas très joli même, et que pourtant j’adore

Réécrivez le passage ci-dessous au passé composé.

La pluie nous tombait dessus, les éclairs éclataient, suivis du tonnerre qu’on prétendait si dangereux, les arbres étaient secoués par un vent violent et produisaient un bruissement.

Réécrivez le passage ci-dessous en remplaçant “elle” par “je”

Elle étudia, dans Eugène Sue, des descriptions d’ameublements ; elle lut Balzac et George Sand, y cherchant des assouvissements imaginaires pour ses convoitises personnelles. À table, même, elle apportait son livre, tournait les feuillets, pendant que Charles mangeait en lui parlant.

Réécrivez le passage ci-dessous en remplaçant “je” par “elle”

C’est avec un enthousiasme modéré que j’ai donné la main à ma grand-mère en vue de la promenade qui devait nous mener jusqu’à la maison de son amie, située à quelques rues de là. Je m’étais habitué à la routine de mon existence, à mes nuits intranquilles, au souvenir de mes parents m’enveloppant tout le jour comme un cocon.

TéléchargeZ la fiche de cours au format PDF

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.