Séance 3 – culture littéraire – refuser la guerre – lettres de poilus (séance du lundi 30 mars)

Objectifs : 1/ Je lis des lettres de Poilus 2/ J’apprends à percevoir l’ironie dans un texte

Qu’est-ce qu’un “poilu” ?

Le terme “poilu” désigne tous les soldats français qui ont combattu lors de la Première Guerre Mondiale de 14-18. Les conditions de combat atroces des poilus, notamment dans les tranchées, face aux soldats allemands, ont marqué les esprits.

Qu’est-ce que l’ironie ?

L’ironie est une figure de style par laquelle on dit le contraire de ce que l’on pense réellement, afin de se moquer.

Extrait d’une lettre de Pierre Rullier (26 juillet 1915)

« J’ai vu de beaux spectacles ! D’abord les tranchées de Boches1 défoncées par notre artillerie malgré le ciment et les centaines de sacs de terre empilés les uns au-dessus des autres ; ça c’est intéressant. Mais ce qui l’est moins, ce sont les cadavres à moitié enterrés montrant, qui un pied, qui une tête ; d’autres, enterrés, sont découverts en creusant les boyaux. Que c’est intéressant la guerre ! On peut être fier de la civilisation ! »

1. Surnom donné aux Allemands durant la Première Guerre Mondiale

En quoi cet extrait d’une lettre de poilu est-il ironique ? Citez des phrases ironiques.

Shana a répondu …

Ce texte est ironique car Pierre Rullier dit que la guerre c’est intéressant.
 » Que c’est intéressant la guerre ! »
Rien qu’en lisant ça on voit que c’est ironique.

Julia a répondu …

Cette lettre de poilu est très ironique puisqu’elle raconte la guerre comme une chose belle, normale ou même intéressante, on peut le voir aux phrases suivantes : « J’ai vu de beaux spectacles ! » « Les tranchées défoncées par notre artillerie malgré le ciment et les centaines de sacs de terre empilés les uns au-dessus des autres ; ça c’est intéressant. Mais ce qui l’est moins, ce sont les cadavres à moitié enterrés », « Que c’est intéressant la guerre ! On peut être fier de la civilisation ! »

Extrait d’une lettre censurée du soldat Albert Cazes (1917)

« C’est à rendre imbécile, c’est laid, c’est odieux, nous nous terrons comme des bêtes traquées, et les jours  succèdent aux jours, tristement, dans la crasse, les poux et la puanteur. Je vous assure que quelques mois de ce dur métier sont plus que suffisants pour abrutir un homme. » 

Diriez-vous qu’Albert Cazes critique la guerre de manière violente ? Êtes-vous d’accord avec lui ?

Julia a répondu …

Albert Cazes critique la guerre d’une manière violente, et je suis d’accord avec lui puisque la guerre peut rendre les gens fous, agressifs comme des animaux en train de s’entretuer pour survivre, il le dit lui-même : « C’est à rendre imbécile, c’est laid, c’est odieux, nous nous terrons comme des bêtes traquées » « Quelques mois de ce dur métier sont plus que suffisants pour abrutir un homme »
Lettre de Pierre à sa femme Edith (22 septembre 1916)

« Ma chère Édith,

La vie ici est très dure. Dans les tranchées, l’odeur de la mort règne. Les rats nous envahissent, les parasites nous rongent la peau ; nous vivons dans la boue, elle nous envahit, nous ralentit et arrache nos grolles. Le froid se rajoute à ces supplices. Ce vent glacial qui nous gèle les os, il nous poursuit chaque jour. La nuit, il nous est impossible de dormir. Être prêt, à chaque instant, prêt à attaquer, prêt à tuer. Tuer, ceci est le maître-mot de notre histoire. Ils nous répètent qu’il faut tuer pour survivre, je dirais plutôt vivre pour tuer. C’est comme cela que je vis chaque minute de cet enfer. Sans hygiène. Sans repos. Sans joie. Sans vie.

Cela n’est rien comparé au trou morbide où ils nous envoient. Sur le champ de bataille, on ne trouve que des cadavres, des pauvres soldats pourrissant sur la terre imprégnée de sang. Les obus, les mines, détruisent tout sur leur passage. Arbres, maisons, et le peu de végétation qu’il reste. Tout est en ruine. L’odeur des charniers, le bruit des canons, les cris des soldats… L’atmosphère qui règne sur ce champ de carnage terroriserait un gosse pour toute sa vie. Elle nous terrorise déjà.

Lundi, je suis monté au front. Ils m’ont touché à la jambe. Je t’écris cette lettre alors que je devrais être aux côtés des autres, à me battre pour ma patrie. Notre patrie, elle ne nous aide pas vraiment. Ils nous envoient massacrer des hommes, alors qu’eux, ils restent assis dans leurs bureaux ; mais en réalité, je suis sûr qu’ils sont morts de peur.

Ah ! Ce que j’aimerais recevoir une lettre. Cette lettre, celle qu’on attend tous, pouvoir revenir en permission. Ce que j’aimerais te revoir, ma chère épouse ! Retrouver un peu de confort, passer du temps avec notre petit garçon… Est-ce que tout le monde va bien ? Ne pensez pas à toutes ces horreurs. Je ne veux pas que vous subissiez cela par ma faute. Prends bien soin de toi, de notre fils, et de mes parents. Et, même si je ne reviens pas, je veillerai toujours sur toi. Je pense à vous tous les jours, et la seule force qui me permet encore de survivre, c’est de savoir que j’ai une famille qui m’attend, à la maison.

J’espère être à vos côtés très prochainement, à bientôt ma belle Édith, je t’aime.

Pierre

Quelques pistes de lecture …

1 – Lisez le premier paragraphe. Quel genre de vie Pierre mène t-il dans les tranchées ?

Julia a répondu …

Pierre a une vie très compliqué, il participe à la guerre et chaque jour il a peur, peur de mourir comme tous les cadavres pourrissant au sol.

Rayyân a répondu …

Pierre mène une vie de « chien », une vie exécrable, comme une bête : « La vie ici est très dure. Dans les tranchées, l’odeur de la mort règne. Les rats nous envahissent, les parasites nous rongent la peau ; nous vivons dans la boue, elle nous envahit”
2 – Lisez les deuxième et troisième paragraphes. A votre avis, quelle est l’opinion de Pierre sur la guerre ?

Julia a répondu …

Pierre est perplexe face à celle-ci, car même si lui se bat pour sa patrie, il considère que cette patrie ne l’aide pas tant que ça dans cette guerre (“Notre patrie, elle ne nous aide pas vraiment. Ils nous envoient massacrer des hommes, alors qu’eux, ils restent assis dans leurs bureaux”)
Ce qui le fait tenir est le fait qu’il sait que chez lui il a une famille qui l’aime et qui l’attend.

Regardez cette vidéo du Youtubeur Mamytwink et répondez aux questions ci-dessous

1 – À quelle occasion les Français et les Allemands ont-il fait une trêve ? Pourquoi ?

Julia et Kirujan ont répondu …

C’est à l’occasion de Noël que les Allemands et les Français ont fait une trêve, pour pouvoir fêter ce moment.
2 – La guerre a t-elle continué après cette trêve de Noël ? A t-elle fait beaucoup de morts ?

Julia a répondu …

La guerre a continué encore 4 ans après cette trêve. Cette guerre a fait plus de 18 millions de soldats morts.

Travail d’écriture ( à rendre avant la fin de la semaine)

Consignes

A votre tour de rédiger une lettre de poilu pour témoigner de la guerre. Cette lettre pourra être adressée à un membre de votre famille, à un ami, etc.

Pour cela, vous devez vous inspirer des lettres vues ci-dessus.

Vous pouvez au choix :

  • Écrire cette lettre sur du papier (jauni pour faire ancien) et me l’envoyer sur WhatsApp
  • Ecrire cette lettre directement dans le formulaire de réponse

Lettre écrite par Flora

À mon amour


Je t’écris cette lettre (sûrement la dernière)

Ici c’est dur de ne pas perdre le moral.

Mais quand je pense à toi je me dis que ça vaut la peine de se battre pour vivre. Voilà pourquoi je me bats : je me bats pour toi.

Pour ton visage …

Pourrais-je encore voir ton visage, ton sourire, tes yeux ?

Pourrais-je encore te toucher ou passer la nuit sous tes draps ?

C’est si difficile ! Je vois mes camarades mourir sous mes yeux .

Une bombe a explosé et j’ai vu un morceau de main atterrir à mes pieds. C’est horrible ! cette guerre finira t-elle ? Je n’en peux plus.

Pourquoi est-ce que je me bats ? Je ne sais plus. Je ne sais pas. Cela fait si longtemps que je me bats.

Tout à l’heure, j’ai vu une balle passer à côté de mon oreille. J’ai bien cru que je ne pourrai pas t’écrire ces mots doux avant de voir la mort, brusque et sauvage, me prendre un de ces jours.

Mais ne t’inquiète pas je survivrais pour t’écrire encore une lettre.

Celle-ci j’ai pu te l’écrire car je suis de garde de nuit .

Je ne sais pas si je vivrai assez pour pouvoir te revoir, mais même si je meurs sache que mon amour indélébile pour toi restera à jamais gravé dans mon coeur.

Si je survis à cette guerre, je ne serais plus jamais le même : une partie de moi restera en guerre à jamais.

J’espère que cette lettre te parviendra .

Ton amour.

Lettre écrite par tyron

Bonjour Anne,

Je t’écris cette lettre qui sera la dernière, du moins, je pense… Ici, ça ne va vraiment pas. Actuellement, il ne nous reste que quelques soldats, et 2000 soldats adverses sont contre nous. Il faudrait vraiment un miracle pour que nous sortions vivants du champ de bataille. Je prends le temps d’écrire cette lettre, car j’ai besoin de savoir comment les enfants et toi, vous vous portez. Dis-leur que je pense à eux tous les jours. Ici, nous sommes en crise. Nous n’avons presque plus de nourriture, d’eau.. etc. Les Allemands ont décidé, hier, de mettre 5 000 soldats contre nous et nous allons être renforcés avec 3 000 hommes pour les affronter. Malgré la situation, j’ai confiance ! Il nous reste des alliés puissants. Je donnerai tout pour te toucher, pour sentir ton odeur, entendre ta voix ou tout simplement te voir une dernière fois. Ici, j’ai des sensations bizarres. Par exemple, lorsque des bombes atterrissent sous mes yeux, que des balles m’effleurent, je me dis que la chance est avec moi ! Sache que je t’aime et que si tu ne reçois plus de lettre, c’est que je suis parti rejoindre mes ancêtres ! Je me bats pour vous, pour le peuple et pour le monde. Je me bats pour la paix. Paix qu’ils n’ont pas pu trouver par un simple accord. J’essaye de garder le sourire, malgré les personnes que j’ai dû tuer, un peu plus de 300 hommes. J’espère que tu recevras cette lettre, car j’ai pris du temps à l’écrire.

Avec tout mon amour,
Au revoir Anne !

Lettre écrite par julia

Bonjour mon ami,

Passer du temps avec toi me manque terriblement.

Tu ne peux pas savoir à quel point cette guerre est à la fois terrible et terrifiante.

Nous nous entretuons comme des animaux, des humains qui tuent d’autres humains alors qu’au final nous sommes les mêmes. Il n’est même plus question de vivre, mais de survivre, même de souffrir pour rester vivant.

Mon ami, cet endroit est affreux, des milliers de cadavres allongés au sol, inertes, alors qu’ils avaient sûrement une famille ou des amis qui les attendaient, mais le destin en a décidé autrement pour eux. Imagine que cela pourrait être la même chose pour moi !

Mais tu veux savoir la meilleure ? L’odeur qui régne chaque jour, au quotidien. Elle est si appétissante …. L’odeur des cadavres qui pourrissent, le sang séché, même l’odeur des obus est resplendissante tellement elle est présente.

Bon, je dois repartir jouer avec mes adversaires.

À bientôt, mon ami.

Lettre écrite par rayyân

Ma très chère mère,

Je t’écris pour te donner de mes nouvelles.

Au front beaucoup de mes camarades sont morts et moi je reste seul.

Je suis triste de ne pouvoir t’écrire que maintenant mais je le fais au risque de ne plus pouvoir après.

Ma santé n’est pas très bonne car nous manquons de produits pharmaceutiques.

J’ai hâte de rentrer et de revoir les miens, et ainsi vous raconter ma vie au front.

Que Dieu nous accompagne dans notre terrible chemin.

Bien à toi,

Ton fils qui t’aime,

Rayyân

Lettre écrite par assetou

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.