Séance 5 – culture littéraire – Le cid – rodrigue affronte don gomès

Objectif : j’étudie une scène de confrontation

Confronté au dilemme entre amour et honneur, Rodrigue choisit finalement de défendre l’honneur de sa famille : il part venger son père.

À l’époque de Corneille, une règle de bienséance existe au théâtre : la violence ne peut pas être montrée. Les batailles et les duels se déroulent donc hors de la scène et sont racontés au public.

Scène II – Le Comte (don Gomès), don Rodrigue


Don Rodrigue

À moi, comte, deux mots.




Le Comte

 Parle.





Don Rodrigue

Ôte-moi d’un doute.
Connais-tu bien don Diègue ?




Le Comte

 Oui.




Don Rodrigue

Parlons bas ; écoute.
Sais-tu que ce vieillard fut la même vertu,
La vaillance et l’honneur de son temps 
? Le sais-tu ?




Le Comte

Peut-être.




Don Rodrigue

Cette ardeur que dans les yeux je porte,
Sais-tu que c’est son sang ?
Le sais-tu ?




Le Comte

 Que m’importe ?



Don Rodrigue

À quatre pas d’ici je te le fais savoir.




Le Comte

Jeune présomptueux !




Don Rodrigue

Parle sans t’émouvoir.
Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées
La valeur n’attend point le nombre des années.

Pourquoi Rodrigue tutoie t-il Don Gomès, alors que ce dernier est plus âgé et occupe des fonctions plus importantes ? Que veut-il lui montrer ?

Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées
La valeur n’attend point le nombre des années.
“ Comment comprenez-vous ces vers très célèbres du Cid ?


Le Comte

Te mesurer à moi ! qui t’a rendu si vain,
Toi qu’on n’a jamais vu les armes à la main ?
Sais-tu bien qui je suis ?




Don Rodrigue

Oui ; tout autre que moi
Au seul bruit de ton nom pourrait trembler d’effroi.

Les palmes dont je vois ta tête si couverte
Semblent porter écrit le destin de ma perte.
J’attaque en téméraire un bras toujours vainqueur ;
Mais j’aurai trop de force, ayant assez de cœur.
À qui venge son père il n’est rien d’impossible.
Ton bras est invaincu, mais non pas invincible.





Le Comte

Ce grand cœur qui paraît aux discours que tu tiens,
Par tes yeux, chaque jour, se découvrait aux miens ;
Et croyant voir en toi l’honneur de la Castille,
Mon âme avec plaisir te destinait ma fille.

Mais je sens que pour toi ma pitié s’intéresse ;
J’admire ton courage, et je plains ta jeunesse.
Ne cherche point à faire un coup d’essai fatal ;
Dispense ma valeur d’un combat inégal ;
Trop peu d’honneur pour moi suivrait cette victoire :
À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.
On te croirait toujours abattu sans effort ;
Et j’aurais seulement le regret de ta mort.




Don Rodrigue

D’une indigne pitié ton audace est suivie :
Qui m’ose ôter l’honneur craint de m’ôter la vie !




Le Comte

Retire-toi d’ici.




Don Rodrigue

 Marchons sans discourir.




Le Comte

Es-tu si las de vivre ?




Don Rodrigue

 As-tu peur de mourir ?




Le Comte

Viens, tu fais ton devoir, et le fils dégénère
Qui survit un moment à l’honneur de son père.

Comment réagit Don Gomès quand il apprend que Rodrigue veut se mesurer à lui ?
À qui venge son père il n’est rien d’impossible.
Ton bras est invaincu, mais non pas invincible.
” Rodrigue pense t-il être en mesure de tuer Don Gomès ?

A la suite de cette scène de confrontation, Rodrigue et Don Gomès se battent en duel : Rodrigue tue Don Gomès et sauve ainsi l’honneur de sa famille.

Pour en savoir plus sur le duel …

Le duel existe depuis très longtemps. Vous pouvez en voir ici des représentations moyenâgeuses.

Le duel était encore toléré à une époque relativement récente : par exemple, le célèbre écrivain russe Alexandre Pouchkine a perdu la vie dans un duel. En France, le dernier duel a eu lieu en 1967, entre deux députés dont l’un avait traité l’autre d’abruti ! Mais les deux duellistes s’en étaient sortis avec seulement quelques égratignures …

Le duel n’est plus vraiment pratiqué aujourd’hui, mais il reste présent dans l’imaginaire collectif, comme vous pouvez le voir avec ces deux extraits de films.

Scène du duel final dans Le bon, la brute et le truand de Sergio Leone

Scène de duel dans Les duellistes de Ridley Scott

Travail d’écriture

Rodrigue écrit une lettre à son père Don Diègue pour lui dire qu’il a tué Don Gomès et sauvé l’honneur de la famille. Dans cette lettre : il raconte le combat, il dit ce qu’il a ressenti au moment d’ôter la vie au père de Chimène, et il évoque son désespoir à l’idée de perdre l’amour de Chimène.

Djahid a écrit ….

Père,

J’ai vengé ton honneur en gagnant le duel contre Don Gomès . Le combat fut très dur, difficile et long.
Don Gomès était fort et habitué à combattre mais grâce à ma jeunesse, j’ai été plus rapide, plus agile et endurant que lui, malgré cela il m‘a tout de même blessé au bras .
Au moment de lui ôter la vie j’ai hésité , car la mort de don Gomès représentait la fin de mon avenir avec Chimène, j’étais triste aussi parce que je ne voulais pas ôter la vie, même si je souhaitais venger notre honneur , c’était la première fois que je tuais quelqu’un.
Lorsque le duel s’est terminé , j’ai décidé d’abandonner l’idée de mariage avec Chimène , elle ne me pardonnera pas car j’ai fait d’elle une orpheline. Je suis désespéré. 

Ton fils Rodrigue

Flora écrit ….

Père,

Votre vengeance a été assouvie au prix de mon amour .
J’ai sauvé l’honneur de la famille.
J’ai lavé cet affront.
C’était difficile de battre celui qui vous a souillé. Il pensait que je ne pourrai le vaincre ,
mais je l’ai surpris, et alors là j’ai porté le coup fatal.
Je ressors de ce combat plus fort que jamais.
Moi j’ai battu l’invaincu.
Celui qui n’avais jamais perdu de combat. 
Mais moi ne vous déplaise mais pendant cette bataille je n’ai ressenti aucune haine à son égard, mais plutôt une profonde tristesse, une tristesse telle que à chaque coup donné une lame s’enfonçait dans mon coeur ,
À chaque blessure infligée je sentais ma moitié s’envoler ..
Pensez-vous qu’elle me reviendra ?
Quelle question…
Je rêverai toujours d’elle .
Elle sera dans mon cœur à jamais.
Je ne pouvais pas lui faire plus de mal que maintenant.
Moi qu’elle aimait tant.
Moi qu’ elle hait maintenant.
Que faire pour regagner son amour .
Je le sais, son amour s’est évanoui à mon égard.
Je ne pourrais plus la regarder dans les yeux ..
Je le sais …
Après avoir regagné la renommée de notre famille, nous sommes de nouveau glorieux.
À nos profits.

Ton fils Rodrigue

Téléchargez le cours au format pdf

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.