Séance 3 – Culture littéraire – Voyage en poésie – Le haïku au fil des saisons

Objectif : je découvre une forme poétique brève d’origine japonaise qui permet de voyager à travers les saisons

Le haïku est un poème traditionnel japonais, de forme très brève. Un haïku doit pouvoir être lu en une seule inspiration. Il est souvent lié au spectacle de la nature et des saisons.

Matsuo Bashō (芭蕉) (1644-1694) est un poète japonais qui a parcouru tout le Japon pour enseigner l’art du haïku.

Lire le livre …

Pages 13, 15, 37 et 39

Rapprochez ces tableaux d’odilon redon des poèmes que vous avez lus

Printemps

Couvert de papillons –
L’arbre mort
Est en fleurs !

Kobayashi Issa
(1763-1828)

De quel arbre en fleur ?
Je ne sais –
Mais quel parfum !

Matsuo Bashõ
(1644–1695)

Été

Murmures derrière la charrette de foin. Voilà un jour d’été.

Kuroyanagi Shoha (1727-1771)

Chapeaux d’été … Reflétant le soleil Rivage

Kato Shuson (1905-1993)

Automne

Ce couchant d’automne
On dirait
Le Pays des ombres.

Matsuo Bashõ
(1644–1695)

Sur une branche morte
Un corbeau s’est posé Soir d’automne.

Matsuo Bashõ
(1644–1695)

Hiver

Il n’y a plus ni ciel ni terre
rien que la neige
qui tombe sans fin

Hashin Kajiwara (1864)

Qu’il est beau
le corbeau d’ordinaire haïssable
ce matin de neige !

Matsuo Bashõ
(1644–1695)

QUELQUES PISTES DE LECTURE …

1 – Observez la longueur des poèmes. Qu’ont-ils en commun ?
2 – Lisez-les une première fois. Les poètes cherchent-ils à raconter ? À observer ? À transmettre une émotion ? Une image ?
3 – Quel est votre haïku préféré et pourquoi ?

Travail d’écriture

Consigne

À votre tour d’écrire des haïkus !

Critères de réussite

  1. Écrire sur un thème contemplatif
  2. Respecter la forme brève du haïku

haïkus de saïfi

LA NUIT

La nuit couvre la ville endormie
De son long manteau noir

LE SOUVENIR

De quelle année je ne sais guère
Mais je me souviens des mois passés

LA RÉVOLTE

La révolution de France
Il y avait des coups de feu

LE SOLEIL

Ce cercle jaune
Qui illumine notre journée
Vient de se coucher

LE CIEL

Le cosmos noir et ténébreux
Me fait très peur
Et me fait penser à la mort !


LA MORT

Et vient la nuit
Qui transforme nos rêves en cauchemars
Et qui nous emmène dans le Pays des Ombres !

haïkus de JULIEN ET NAÏLA

L’AUTOMNE

Sur une branche morte,
Une dernière feuille résiste
À l’automne

Par Julien

LA LUNE

Astre nocturne,
Il éclaire la nuit
Et nos rêves

Par Naïla

Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. Sylvain Foulquier

    Les plus beaux haikus sont ceux qui traduisent l’indicible…

    « Le parfum des pruniers
    Monté là-haut
    Le halo de la lune »
    Yosa Buson (1716-1783)

    « Solitude
    Après le feu d’artifice
    Une étoile filante »
    Masaoka Shiki (1867-1902)

    « Eclat des lucioles
    En rafales soudaines
    Le pouls de ma mère »
    Hakyo Ishida (1913-1969)

    Sylvain Foulquier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.