Séance 1 – Culture littéraire – Voyage en poésie – Le voyage de Charles Baudelaire

Objectif : je sais répondre à la question : pourquoi voyage t-on ?

Le mot voyage vient du latin  viaticum  (= ce qui sert à faire la route) viaticum  vient lui-même de via  (= la voie, le chemin).

Les grands explorateurs (par exemple Marco Polo) ont voyagé à travers le monde à une époque où de nombreux peuples et pays restaient à découvrir. A partir du 17e siècle, un type de voyage appelé “Grand Tour” se développe chez de riches anglais : c’est le début du tourisme. Mais ce n’est qu’à partir du 19e siècle et de l’avènement des moyens de transport modernes que le voyage devient accessible à tous.

Charles Baudelaire

Charles Baudelaire est un poète français de la fin du XIXe siècle. Il a écrit un poème intitulé Le Voyage. Dans sa jeunesse, il a voyagé dans les Indes.

Lire le livre …

Pages 53 à 56

Rapprochez ces peintures de chacune des trois parties de l’invitation au voyage

Le voyage de charles baudelaire

Pour l’enfant, amoureux de cartes et d’estampes (1),
L’univers est égal à son vaste appétit.
Ah ! que le monde est grand à la clarté des lampes !
Aux yeux du souvenir que le monde est petit !

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le cœur gros de rancune (2) et de désirs amers (3),
Et nous allons, suivant le rythme de la lame,
Berçant notre infini sur le fini des mers :

Les uns, joyeux de fuir une patrie infâme (4) ;
D’autres, l’horreur de leurs berceaux, et quelques-uns,
Astrologues noyés dans les yeux d’une femme,
La Circé (5) tyrannique aux dangereux parfums.

Pour n’être pas changés en bêtes, ils s’enivrent (6)
D’espace et de lumière et de cieux embrasés ;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

Mais les vrais voyageurs sont ceux-là seuls qui partent
Pour partir ; cœurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s’écartent,
Et sans savoir pourquoi, disent toujours : Allons !


1 – Image imprimée sur du papier à partir d’une planche de bois ou de cuivre gravée.
2 – Sentiment de colère que l’on garde d’une offense et pouvant s’accompagner d’un désir de revanche.
3 – Qui est cause de chagrin, de rancune.
4 – Détestable, méprisable.
5 – Déesse rencontrée par Ulysse sur l’île d’Aiaié. Elle exerce sa tyrannie (son pouvoir) sur les hommes qu’elle transforme en bête.
6 – Se rendent ivre.

Quelques pistes de lecture …

1 – Dans la première strophe, qu’est-ce qui donne envie à l’enfant de voyager ? En quoi le voyage imaginé par l’enfant reste t-il abstrait ? Pourquoi l’enfant risque t-il d’être déçu ?

2 – Dans la seconde strophe, comment sait-on que les voyageurs dont parle le poète sont des marins ?
3 – Dans la troisième strophe, pourquoi peut-on dire que les marins partent en mer pour fuir les difficultés de la vie ?
4 – Dans la quatrième strophe, quels sont les éléments qui se rapportent à un voyage en mer ?
5 – D’après Baudelaire, qui sont les “vrais voyageurs” ?

Travail d’écriture

Et selon vous, quelles sont les raisons pour lesquelles on a envie de partir ? Pour voyager ? Pour échapper à quelque chose ? Répondez à cette question en essayant d’apporter plusieurs réponses, puis racontez l’un de vos voyages. Quel souvenir en gardez-vous à présent ?

Antoine a écrit …

Pour moi, le voyage permet de découvrir d autres façons de vivre, d’autres cultures et d’autres peuples. Le voyage permet de se cultiver.
D’un côté, cela peut être une échappatoire : fuir une vie monotone et sans piment. Dans notre société, de nombreuses personnes se lancent dans des périples pour avoir des montées d adrénaline.
J’ai peu voyagé. J’ai été quelque fois au Portugal (le pays de mon grand-père).
Mes souvenirs sont surtout familiaux.
Pour l’instant je voyage à travers les livres et surtout dans le temps !

Inès a écrit …

On peut voyager pour partir à l’aventure, c’est-à-dire dans des pays inconnus, que l’on a jamais visités, pour découvrir la culture de ces pays, comme par exemple les traditions.
On peut aussi voyager pour s’évader, oublier, se reposer et penser à autre chose qu’au travail par exemple. Beaucoup de gens voyagent pour faire une visite à leur famille ou pour un déplacement concernant le travail.
Comme dit Baudelaire dans son poème, on peut voyager pour échapper à son malheur, au désespoir.
Contrairement à mon camarade Antoine, j’ai beaucoup voyagé, que ce soit dans mon pays d’origine, le Maroc , ou dans d’autres pays que je n’avais jamais vus auparavant.
J’ai beaucoup aimé mon voyage au Sénégal, la nourriture là-bas est vraiment excellente : le mafé, le thieb … c’était vraiment très bon.
Je suis allée au Sénégal avec ma mère ainsi que son amie et la famille de son amie. C’était il y a deux ans, en 2018. On a passé quelques jours à Dakar, pour visiter la famille de l’amie de ma mère, puis on a pris un taxi et on a terminé le séjour à Saly, une région au Sénégal, dans une maison qu’on avait louée avec piscine.
C’était un peu étonnant car quand on est passées dans les villages, les gens nous touchaient car on était blanches : ils n’avaient pas l’habitude de voir des blancs dans leur village.
Quand je les voyais, ils avaient toujours le sourire, à croire qu’ils sont tout le temps heureux, ça fait du bien de voir des gens heureux parfois.
Je me suis beaucoup amusée en compagnie de mes amies, c’était pour moi un très beau voyage, je dirais même un de mes préférés.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.