Séance 2 – Le Roman de Renart – les marchands de poissons

Objectif : j’étudie un récit qui met en évidence le caractère rusé de Renart

La faim avait poussé Renart vers la route quand passe une charrette chargée de poissons. Le goupil s’allonge vite en travers du chemin, faisant le mort. Le marchand s’arrête, examine la belle fourrure rousse au col blanc dont il pense tirer quelques sous. Sans méfiance, le goupil est jeté à l’arrière de la charrette. Renart s’empresse de dévorer les harengs puis, s’enroulant des anguilles autour du cou, saute en marche. Dieu vous garde, lance-t-il au marchand, me voilà bien servi en anguilles, vous pouvez garder le reste !

Renard ou goupil ?

Au Moyen-Âge, un renard est appelé un goupil. Mais le personnage de goupil dans le Roman de Renart a eu un tel succès que l’on s’est mis à appeler l’animal par son nom : renart, et en français moderne, renard.


Après avoir beaucoup erré, il finit par arriver sur une grand-route. Il s’accroupit dans le fossé et tendit le cou de tous côtés. La faim au ventre, il ne savait où chercher de la nourriture.

Ne sachant que faire, il se coucha près d’une haie, espérant une occasion.

  Enfin, il entendit un bruit de roues. C’était des marchands qui revenaient de bords de la mer ; ils rapportaient de grosses quantités de harengs frais et de poissons dont ils avaient fait une pêche abondante car une bise1 favorable avait soufflé toute la semaine. Leurs paniers crevaient sous le poids des anguilles et des lamproies2 qu’ils avaient achetées en cours de route.

  Quand Renart, l’universel trompeur, est à une portée d’arc3 des marchands, il reconnaît facilement les anguilles et les lamproies. Il rampe sans se laisser voir jusqu’au milieu de la route, et s’y étend, les jambes écartées, la langue pendante. Quel traître ! Il reste là à faire le mort, sans bouger et sans respirer. La voiture avance ; un des marchands regarde, voit le corps immobile et appelle son compagnon :

  « Regarde, là. C’est un goupil4 ou un blaireau.

  – C’est un goupil, dit l’autre ; vite ! Descendons et attrapons-le en prenant bien garde qu’il ne nous échappe pas. »

  Les deux hommes se dépêchent et s’approchent de Renart. Ils le poussent du pied, le pincent, le tournent et le retournent sans crainte d’être mordus. Ils le croient mort.

  « Il vaut bien trois sous, dit l’un.
  – Il en vaut bien au moins quatre, reprend l’autre. Nous ne sommes pas chargés : jetons-le sur la charrette. Vois comme sa gorge est blanche et nette ! »

  Ainsi dit, ainsi fait. Ils le saisissent par les pieds, le lancent entre les paniers et se remettent en route.

(1) Un vent
(2) Poisson de forme allonge, comme les anguilles
(3) Distance que peut parcourir une flèche
(4) Renard

Pendant qu’ils se félicitent de l’aventure et qu’ils se promettent d’écorcher Renart le soir même, celui-ci ne s’inquiète guère ; il sait qu’entre faire et dire il y a souvent un long trajet. Sans perdre de temps, il s’allonge sur les paniers, en ouvre un avec les dents et tire à lui plus de trente harengs. Il les mange de bon appétit, sans avoir besoin de sel ou de sauge5. Mais il n’a pas l’intention de se contenter d’aussi peu. Dans un panier voisin frétillent les anguilles : il en tire trois beaux colliers6. Renart, qui connaît tant de ruses, passe sa tête et son cou dans les colliers, puis les installe sur son dos. Il s’agit maintenant de quitter la charrette. Des deux pattes de devant, il s’élance au milieu de la route, les anguilles autour du cou. Après avoir sauté, il crie aux marchands :
  « Dieu vous garde, beaux vendeurs de poissons ! J’ai partagé en frère : j’ai mangé vos plus beaux harengs et j’emporte vos meilleures anguilles ; le reste est pour vous. »
  Quelle n’est pas la surprise des marchands !
  « Au goupil ! Au goupil ! » crient-ils.
  Ils sautent de leur charrette, pensant attraper Renart. Mais le goupil ne les a pas attendus.
  « Fâcheux contretemps ! disent-ils, et quelle perte pour nous ! Notre imprudence nous a fait du tort. Nous avons été bien naïfs de nous fier à Renart ! »

(5) Herbe aromatique que l’on utilise en cuisine
(6) Les anguilles sont attachées entre elles

Quelques pistes de lecture …

1 – Quelle qualité permet à Renart de tromper les marchands ?
2 – À la fin de l’extrait, pourquoi Renart ne se sauve t-il pas discrètement, au lieu d’interpeller les marchands ?
3 – Renart est-il sincère lorsqu’il dit qu’il a “partagé en frère” ?
4 – Quel enseignement les marchands tirent-ils de la duperie de Renart ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.