Exercices d’entraînement au brevet (à faire pour le jeudi 7 mai)

Objectif : je m’exerce à la rédaction

Sujet de rédaction n°1

Extrait d’histoire de ma vie de george sand (1854)

Dans le chapitre XI de Histoire de ma vie, George Sand évoque les premières années de son enfance. En compagnie de sa mère, elle se rendait fréquemment chez un oncle et une tante qui habitaient à Chaillot, qui était alors un village près de Paris. Elle y retrouvait Clotilde, une cousine de son âge.

     Je ne crois pas avoir revu cette maison de Chaillot depuis 1808, car, après le voyage d’Espagne, je n’ai plus quitté Nohant (1) jusqu’après l’époque où mon oncle vendit à l’Etat sa petite propriété, qui se trouvait sur l’emplacement destiné au palais du roi de Rome (2). Que je me trompe ou non, je placerai ici ce que j’ai à dire de cette maison, qui était alors une véritable maison de campagne, Chaillot n’étant point bâti comme il l’est aujourd’hui.

     C’était l’habitation la plus modeste du monde, je le comprends aujourd’hui que les objets restés dans ma mémoire m’apparaissent avec leur valeur véritable. Mais à l’âge que j’avais alors c’était un paradis. Je pourrais dessiner le plan du local et celui du jardin tant ils me sont restés présents. 

     Le jardin était un carré long, fort petit en réalité, mais qui me semblait immense, quoique j’en fisse le tour deux cents fois par jour. Il était régulièrement dessiné à la mode d’autrefois ; il y avait des fleurs et des légumes ; pas la moindre vue car il était tout entouré de murs ; mais il y avait au fond une terrasse sablée à laquelle on montait par des marches en pierre, avec un grand vase de terre cuite classiquement bête de chaque côté, et c’était sur cette terrasse, lieu idéal pour moi, que se passaient nos grands jeux de bataille, de fuite et de poursuite.

     C’est là aussi que j’ai vu des papillons pour la première fois et de grandes fleurs de tournesol qui me paraissaient avoir cent pieds de haut. Un jour, nous fûmes interrompues dans nos jeux par une grande rumeur au-dehors. On criait Vive l’empereur (3), on marchait à pas précipités, on s’éloignait et les cris continuaient toujours. L’empereur passait en effet à quelque distance et nous entendions le trot des chevaux et l’émotion de la foule. Nous ne pouvions pas voir à travers le mur, mais ce fut bien beau dans mon imagination, je m’en souviens, et nous criâmes de toutes nos forces : Vive l’empereur ! transportées d’un enthousiasme sympathique.

                         
(1) Village du Berry où George Sand a passé son enfance et une partie importante de sa vie
(2) Le fils de l’empereur Napoléon Ier
(3) L’empereur Napoléon Ier

Consignes

Vous racontez à votre tour un épisode de votre vie. Vous évoquez un lieu que vous avez connu lorsque vous étiez très jeune et expliquez pourquoi vous en conservez des souvenirs heureux.

POUR VOUS AIDER :
Introduction :Vous deviez situer l’époque, votre âge approximatif, apporter des précisions sur le contexte ( vacances, souvenir familial, particularité du lieu qui vous a tant marqué…)

1) Vous devez décrire le lieu qui vous a marqué pendant votre enfance : couleurs, senteurs, proportions, situation, architecture …

Certains détails vous auront échappé et d’autres seront encore très précis dans votre mémoire parce qu’ils auront marqué particulièrement votre enfance. C’est sur ceux-là qu’il faut insister.

Les personnes n’auront que peu d’importance puisque l’intérêt du sujet est la description du lieu. Elles pourront à la limite n’être que des éléments du décor.

Tout doit être décrit à  » dimension d’enfant « . Donc, respecter les proportions parfois très différentes, comme  » les tournesols  » qui paraissent immenses à George Sand enfant dans le texte.

La description du lieu doit être associée à l’évocation d’un sentiment de bonheur, de « paradis perdu ».

2) Vous devez ensuite expliquer pourquoi, aujourd’hui, ce souvenir vous rend nostalgique.


Par exemple, la description du lieu vous procure de la joie car vous pensez à des moments de bonheur que vous avez peut être partagés avec des personnes aimées que vous ne voyez plus.

Vous avez l’idée d’un temps d’innocence et de pureté.

Vous en éprouvez de la nostalgie.

Conclusion :Vous pouvez finir votre devoir sur une réflexion à propos de la fuite du temps, de la nostalgie, du regret que vos avez du temps de votre enfance, etc.

Djahid a écrit …

Je me souviens que j’avais entre 3 et 8 ans, lorsque nous allions avec mes parents en vacances à Saint-Raphaël, qui est situé dans le sud de la France.

Cet endroit, dans mes souvenirs, est comme un paradis : il y avait la mer, la plage, le soleil. Je ressens encore le sable chaud sous mes pieds ainsi que l’odeur de la lavande .

Nous louions un appartement qui était assez petit , mais qui me paraissait être un château . Il se situait en hauteur dans la montagne. Quand j’allais sur la terrasse les couleurs de cette vue m’éblouissaient : le vert des arbres et de la montagne, l’ocre du bâtiment , le bleu du ciel et de la mer mais surtout le rouge des roches de l’Estérel.

Le soir , il faisait chaud, j’attendais impatiemment d’aller à la salle de jeux où il y avait des jeux d’arcade . Dans mes souvenirs , les machines étaient gigantesques, la musique très forte et les bruits des machines me donnait l’impression de rêver.

Aujourd’hui , cet endroit n’existe plus c’est pour cela que se souvenir me rend nostalgique . Je regrette de ne pas avoir passé plus de temps là-bas avant que le lieu soit détruit, de ne pas pouvoir y retourner et me rappeler les sensations de mon enfance.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.