Les figures de style

Objectif : je suis capable de repérer différentes figures de style

La comparaison

La comparaison rapproche deux éléments au moyen d’un outil de comparaison. Cet outil de comparaison peut être :

– une conjonction : « comme », « ainsi que », « tel que »
– un verbe : « ressembler », « avoir l’air »
– un adjectif : pareil à, semblable à


Exemples : « Cette fleur est rouge comme le sang », « Cet homme a l’air d’un ours »

À vous de trouver d’autres comparaisons …

La métaphore

La métaphore ressemble beaucoup à la comparaison. Mais elle n’utilise pas d’outil de comparaison.

Exemples : « cette fleur de sang », « cet ours »
À vous de trouver d’autres métaphores …

La personnification

La personnification consiste à attribuer des comportements humains à des animaux, des objets ou des éléments naturels.

Exemples : « la maison est endormie », « les feuilles crient sous nos pas en automne », « le vent hurlait dans les arbres », « Venise pour le bal s’habille », « J’écoute le murmure de la pluie »

À vous de trouver d’autres personnifications …

L’Oxymore

L’oxymore consiste à réunir dans un même groupe de mots des termes de sens contradictoires.

Exemples : « Cette obscure clarté qui tombe des étoiles », « un merveilleux malheur », « une sublime horreur », « jeune vieillard »
À vous de trouver d’autres oxymores …

L’antithèse

L’antithèse consiste à rapprocher deux termes ou deux idées opposées.

Exemples : « C’est toujours le combat du jour et de la nuit », « tantôt il la maudissait, tantôt il l’aimait », « Je vis, je meurs », « j’ai chaud et j’ai froid », « je ris et je pleure »
À vous de trouver d’autres antithèses …

L’antiphrase

L’antiphrase consiste à dire par ironie le contraire de ce que l’on pense.

Exemples : lorsqu’on dit « c’est la vie de château » pour parler de conditions de vie particulièrement difficiles ; lorsqu’on dit « c’est malin » pour signifier au contraire que c’est complètement idiot
À vous de trouver des antiphrases …

L’hyperbolE

L’hyperbole consiste à utiliser de termes ou des images qui visent à exagérer

Exemples : “je meurs de faim”
À vous de trouver des hyperboles …

La périphrase

La périphrase consiste à exprimer en plusieurs mots ce qu’on aurait pu dire en un seul

Exemples :

La capitale de la France (Paris)
La reine des jardins (la rose)
Le siège de la pensée (le cerveau)
Rendre l’âme (mourir)
Arracher l’âme (tuer)
Les auteurs de nos jours (nos parents)
Les premiers feux du jour (l’aube)
La voûte céleste (le ciel)
L’homme des champs (le paysan)
Le fruit de l’expérience (la sagesse)
À vous de trouver des périphrases pour les mots le printemps, la jeunesse, la mer ou pour les mots de votre choix …
Devinez le sens des périphrases suivantes :

Les pleurs de l’Aurore
Prononcer le grand oui
Le mangeur de moutons
Le fabuliste français

Le chiasme

​Le chiasme est une figure dans laquelle les contraires s’opposent en symétrie dans une forme AB-BA. 

Exemple :

Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger.

L’anaphore

L’anaphore est une répétition : le même mot ou la même expression revient systématiquement au début de chaque phrase ou de chaque paragraphe.

Exemple :

Refusez d’obéir
Refusez de la faire
N’allez pas à la guerre
Refusez de partir
– Boris Vian

L’accumulation

L’accumulation crée de l’amplification par une énumération de mots, de groupes de mots ou de phrases. Cette figure génère un effet de profusion.

Exemple :

Devant eux, sur de petites tables carrées ou rondes, des verres contenaient des liquides rougesjaunesvertsbrunsde toutes les nuances.
– Guy de Maupassant

Le parallélisme

Un parallélisme est un procédé de répétition et de construction qui consiste en la reprise d’éléments symétriques au sein d’un  énoncé.

Exemple :

« Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris ». (Baudelaire)

L’Euphémisme

L’euphémisme consiste à atténuer le sens d’un énoncé en remplaçant un mot ou une expression par un autre mot moins fort. Le but est d’atténuer les effets d’une idée déplaisante, d’en cacher le caractère désagréable.

Exemples :

Il n’est pas riche (il est pauvre)
Un homme d’un certain âge (un vieillard)

La métonymie

​La métonymie est la figure de style dans laquelle on remplace un terme par un autre terme qui lui est lié par un rapport d’identité : la cause remplace l’effet, le contenant remplace le contenu, la partie remplace le tout, etc

Exemples :

Une bonne plume pour un bon écrivain

Manger une assiette pour manger le contenu d’une assiette

L’assonance

L’assonance est une figure de style qui consiste en la répétition d’un même son vocalique. 

Exemple : Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant.
-Verlaine

L’allitération

L’allitération est une figure de style qui consiste en la répétition d’une ou de plusieurs consonnes. 

Exemple : C’est le règne du rire amer et de la rage.
-Émile Nelligan

LA gradation

La gradation est une forme d’énumération. Toutefois, la gradation inclut une progression dans l’énumération. Cette progression peut être croissante ou décroissante. 

Exemple : C’est un roc !… c’est un pic !… c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule !
– Rostand

L’allégorie

Il s’agit d’une figure de style qui consiste à représenter de façon imagée, en la matérialisant, une idée abstraite. On fait donc appel au(x) symbole(s). Un ensemble d’indices renvoie à une idée comme la justice, le temps, la mort etc. 

Exemples :

– Une femme aux yeux bandés tenant une balance : allégorie de la Justice.
– La statue de la Liberté : allégorie de la Liberté.
– Marianne : allégorie de la République 

TÉLÉCHARGEZ le courS au format pdf

TÉLÉCHARGEZ le courS au format pdf

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.