Culture littéraire – Les héros et héroïnes grecs – Séance 6 – Nausicaa, princesse grecque

Objectifs : j’étudie la rencontre entre Ulysse et la princesse Nausicaa

Qui est Nausicaa ?

Nausicaa (Ναυσικάα en grec ancien) est une princesse grecque, fille d’Alkinoos, roi de l’île des Phéaciens.

Ulysse, dont tous les compagnons sont morts, est emprisonné depuis plusieurs années sur l’île de Calypso, nymphe de la mer. Lorsque cette dernière accepte enfin de le laisser partir, il l’île sur un radeau. Mais la tempête se déchaîne. Il échoue alors sur le rivage de l’île des Phéaciens, s’étend sans voix et sans force puis sombre dans le sommeil. 

Alors, tandis qu’Ulysse est endormi sur le rivage de l’île des Phéaciens, la belle Nausicaa se baigne avec ses suivantes et lave ses somptueux vêtements. Elles n’ont point encore vu Ulysse, qui est caché par des arbres.

Extrait de l’Odyssée : Nausicaa et ses suivantes se baignent et jouent à la balle


Les femmes sortent du char les somptueux vêtements de la jeune Nausicaa, les plongent dans l’onde, et les foulent dans les bassins en luttant de vitesse les unes avec les autres. Lorsqu’elles ont ôté toutes les souillures qui couvraient ces riches étoffes, elles étendent les vêtements sur la plage en un lieu où la mer avait blanchi les cailloux ; elles se baignent ensuite, se parfument d’une huile onctueuse et prennent leur repas sur les rives du fleuve en attendant que les rayons du soleil aient séché les superbes parures de la belle Nausicaa. Quand elles ont apaisé leur faim, la jeune fille et ses suivantes quittent leurs voiles et jouent à la balle ; au milieu d’elles Nausicaa aux bras blancs dirige les jeux. 

Soudain, Nausicaa jette à l’une de ses suivantes une balle légère qui s’écarte et va tomber dans le gouffre profond du fleuve. Toutes les jeunes filles poussent alors des cris.

Ulysse, échoué non loin de là après le naufrage de son navire, est réveillé par les cris des jeunes filles. Il est nu, sale et affamé. Il décide de se manifester.

Extrait de l’Odyssée : Ulysse admire Nausicaa et lui demande de l’aide


Ulysse dit : « Hélas ! chez quels peuples suis-je donc arrivé ? Sont-ce des barbares cruels et injustes, ou des hommes hospitaliers qui respectent au fond du cœur les dieux immortels ? Des voix de femmes ont frappé mon oreille. Levons-nous, et essayons de voir où nous sommes. »

En parlant ainsi, le divin Ulysse se relève. Le héros de sa main vigoureuse rompt, dans le bois épais, une branche chargée de feuilles pour voiler son corps et sa pudeur. Il marche vers ces jeunes filles, quoiqu’il soit sans vêtement ; car la nécessité l’y contraint. Souillé par l’onde amère, le héros leur apparaît si horrible qu’elles fuient de tous côtés sur les roches élevées qui bordent la mer.

Nausicaa seule reste en ces lieux : Athéna a déposé dans son âme une audace nouvelle en bannissant toute crainte de son cœur. Tandis que la jeune fille s’arrête avec courage en face du héros, il lui adresse ce discours :

« Je t’implore, ô reine, que tu sois ou déesse ou mortelle ! Si tu es une des divinités de l’Olympe, je ne puis mieux te comparer qu’à Artémis, fille du puissant Zeus, et par ta taille, ta beauté et les traits de ton visage. Si au contraire tu appartiens à la race des mortels, habitants de la terre, ô heureux, trois fois heureux ton père chéri, ta mère vénérable et tes frères bien aimés ; car ils doivent être ravis lorsqu’ils te contemplent, toi si jeune et si belle, traversant avec grâce les groupes des danseurs ! Mais le plus heureux de tous, c’est celui qui, t’offrant le cadeau des fiançailles, te conduira dans sa demeure ! Non, jamais je n’aperçus de mes propres yeux un être semblable à toi, ni parmi les hommes, ni parmi les femmes : à ton aspect je suis saisi d’admiration. Un dieu m’a jeté sur ce rivage, où peut-être vais-je éprouver de nouvelles infortunes ; je ne pense point qu’elles doivent cesser bientôt : les immortels me réservent sans doute encore de nombreux tourments. Mais, ô reine, prends pitié de moi, puisque c’est toi que j’ai vue la première, et que je ne connais aucun des hommes qui habitent ces villes et ces contrées. Montre-moi le chemin de la cité et donne-moi quelques lambeaux de toile pour couvrir mon corps, si toutefois en venant ici tu as apporté les enveloppes de tes riches vêtements.

Nausicaa aux blanches épaules lui répond en disant :

« Étranger, puisque tu es dans cette île, tu ne manqueras ni de vêtements, ni de tous les secours que l’on doit aux malheureux voyageurs qui viennent implorer notre pitié. Je t’enseignerai le chemin de la ville et je te dirai le nom du peuple qui l’habite. Les Phéaciens possèdent ce pays, et moi je suis la fille du magnanime Alkinoos qui gouverne le royaume de ces peuples puissants. »

Quelques pistes de lecture …

1 – Pourquoi les suivantes de Nausicaa prennent t-elles la fuite en voyant Ulysse ?

Les suivantes prennent la fuite en voyant Ulysse car il a un aspect misérable et effrayant : en effet, il est nu, sale et affamé puisqu’il vient de faire naufrage.

Masquer la réponse
2 – Pourquoi Ulysse est-il saisi d’admiration en voyant Nausicaa ?

Ulysse est saisi d’admiration en voyant Nausicaa car elle est d’une beauté sans pareille, digne d’une déesse. Par ailleurs, elle est d’une audace incroyable puisqu’elle n’est pas effrayée par son aspect.

Masquer la réponse
3 – Pourquoi peut-on dire que Nausicaa fait bon accueil à Ulysse ?

On peut dire que Nausicaa fait bon accueil à Ulysse puisqu’elle lui propose de la nourriture et des vêtements, ainsi que l’hospitalité.

Masquer la réponse

Extrait de l’Odyssée : Nausicaa et ses suivantes apportent leur aide à Ulysse


Ainsi parle Nausicaa ; puis elle dit à ses femmes à la belle chevelure :

« Arrêtez, ô mes compagnes ! Pourquoi fuyez-vous à la vue de cet étranger ? Pensez-vous donc que ce héros soit un de nos ennemis ? Non, il n’est point encore né, et il ne naîtra jamais, le mortel qui oserait venir dans le pays des Phéaciens pour y porter la guerre ; car nous sommes chéris des dieux immortels. Nous habitons, séparés de tous, une île située vers les confins du monde, au sein de la mer mugissante ; et nul peuple ne vient nous visiter. Cet étranger est un infortuné dont nous devons prendre soin ; car il erre depuis longtemps sur les flots. Offrez à cet homme les aliments et le breuvage ; puis baignez-le dans le fleuve, en un lieu qui soit à l’abri des vents. »

À ces mots les suivantes s’arrêtent et s’encouragent mutuellement. Elles conduisent Ulysse dans un endroit abrité comme l’avait ordonné Nausicaa, la fille du magnanime Alkinoos ; elles déposent tout près de lui des vêtements, une tunique et un manteau ; elles lui donnent une huile onctueuse renfermée dans une fiole d’or, et elles l’engagent à se baigner dans le courant du fleuve.

Alors le divin Ulysse parle en ces termes aux compagnes de Nausicaa :

« Jeunes filles, éloignez-vous tandis que j’enlèverai l’onde amère qui couvre mes épaules et que je m’inonderai d’huile odorante. Depuis longtemps aucune essence n’a été répandue sur mon corps. Je n’oserai jamais me baigner devant vous ; et maintenant j’ai honte d’être nu en votre présence, ô jeunes filles à la belle chevelure ! »

Soudain Athéna, fille de Zeus, fait paraître Ulysse plus grand et plus majestueux ; la longue chevelure du héros descend de sa tête en boucles ondoyantes semblables à la fleur d’hyacinthe. La déesse répand la grâce et la beauté sur la tête et les épaules d’Ulysse. Le héros, tout resplendissant de cette beauté nouvelle, va s’asseoir sur les bords de la mer. Nausicaa, en l’apercevant, est saisie d’admiration. Aussitôt elle adresse ces paroles à ses compagnes :

« Jeunes filles, écoutez ce que je vais dire. Non, ce n’est point contre la volonté de tous les immortels, habitants de l’Olympe, que cet étranger est venu parmi les Phéaciens, parmi ces peuples qui ressemblent aux dieux. D’abord il m’est apparu sous des formes vulgaires, et maintenant, par sa grâce, il est semblable aux divinités qui résident dans les vastes régions célestes. Puisse l’époux qui me sera choisi parmi tous les jeunes hommes de cette île égaler ce héros ! Puisse cet étranger se plaire et rester parmi nous! Maintenant, mes compagnes, offrez-lui des aliments et le breuvage.»

À ces mots toutes les suivantes s’empressent d’obéir. Elles apportent à l’étranger des aliments et le breuvage. Alors l’intrépide Ulysse mange et boit avec avidité ; car depuis longtemps il n’avait pris aucune nourriture.

Quelques pistes de lecture …

1 – Qu’est-ce que Nausicaa dit à ses suivantes pour les rassurer à propos d’Ulysse ?

Afin de les rassurer à propos d’Ulysse, Nausicaa leur affirme que ce dernier ne saurait venir en ennemi : en effet, isolée et bénie des dieux, l’île des Phéaciens n’a pas d’ennemis.

Masquer la réponse
2 – Pourquoi Ulysse, d’abord sale et repoussant, a t-il soudainement une belle apparence ?

Ulysse a soudainement une belle apparence grâce à l’intervention d’Athéna, qui le fait paraître grand et majestueux.

Masquer la réponse

La princesse Nausicaa mène ensuite Ulysse jusqu’au palais de ses parents. Ces derniers aideront Ulysse à rejoindre Ithaque.

Pour aller plus loin …

Nausicaa a inspiré de nombreux artistes, dont le cinéaste Hayao Miyazaki : le personnage de Nausicaa de la vallée du vent est en effet inspiré de la princesse Nausicaa de l’Odyssée !

Bande-annonce du film Nausicaa de la vallée du vent

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.