Culture littéraire – Aladdin et la lampe merveilleuse – Séance 5 -Aladdin et la princesse Baldroulboudour

Objectif : j’étudie la rencontre entre le jeune Aladdin devenu riche et la princesse Baldroulboudour

Devenu riche grâce à la lampe merveilleuse, Aladdin a cessé de fréquenter des vagabonds et souhaite devenir marchand. Un jour, en se promenant dans un quartier de la ville, il rencontre la belle princesse Badroulboudour.

Qui est la princesse Badroulboudour ?

La princesse Badroulboudour est la fille d’un sultan, c’est-à-dire d’un monarque musulman.

Un jour en se promenant dans un quartier de la ville, Aladdin entendit publier à haute voix un ordre du sultan, de fermer les boutiques et les portes des maisons, et de se renfermer chacun chez soi, jusqu’à ce que la princesse Badroulboudour, fille du sultan, soit passée pour aller au bain, et qu’elle en soit revenue. 

Ce cri public fit naître à Aladdin la curiosité de voir la princesse à découvert. Pour se satisfaire, il s’avisa d’un moyen qui lui réussit : il alla se placer derrière la porte du bain, qui était disposée de manière qu’il ne pouvoit manquer de la voir venir en face. 

Quand la princesse fut entrée dans le bain, Aladdin demeura quelque temps interdit et comme en extase.

Aladdin n’attendit pas longtemps : la princesse parut, et il la vit venir au travers d’une fente assez grande pour voir sans être vu. Elle était accompagnée d’une grande foule de ses femmes et d’eunuques qui marchaient sur les côtés et à sa suite. Quand elle fut à trois ou quatre pas de la porte du bain, elle ôta le voile qui lui couvrait le visage, et qui la gênait beaucoup ; et de la sorte elle donna lieu à Aladdin de la voir d’autant plus à son aise, qu’elle venait droit à lui. 

La princesse était la plus belle brune que l’on pût voir au monde : elle avait les yeux grands, à fleur de tête, vifs et brillants, le regard doux et modeste, le nez d’une juste proportion et sans défaut, la bouche petite, les lèvres vermeilles et toutes charmantes par leur agréable symétrie ; en un mot, tous les traits de son visage étaient d’une régularité accomplie. On ne doit donc pas s’étonner si Aladdin fut ébloui et presque hors de lui-même à la vue de l’assemblage de tant de merveilles qui lui étaient inconnues. Avec toutes ces perfections, la princesse avait encore une riche taille, un port et un air majestueux. 

Aladdin, en rentrant chez lui, ne put cacher son trouble et son inquiétude, et sa mère s’en aperçut. Elle fut surprise de le voir ainsi triste et rêveur contre son ordinaire ; elle lui demanda s’il lui était arrivé quelque chose, ou s’il se trouvait indisposé ? Mais Aladdin ne lui fit aucune réponse, et il s’assit négligemment sur le sofa, où il demeura dans la même situation, toujours occupé à se retracer l’image charmante de la princesse Badroulboudour.

Quelques pistes de lecture …

1 – Comparez le statut social de la princesse Badroulboudour avec celui d’Aladdin
2 – Relevez les termes mélioratifs qui sont utilisés pour décrire la princesse Badroulboudour
3 – Pourquoi Aladdin semble t-il troublé et inquiet une fois rentré chez lui ?
4 – Le statut social d’Aladdin (fils du tailleur Mustafa) lui permet-il de courtiser la fille d’un sultan ?

Travail d’écriture

Inspirez-vous du portrait de la princesse Badroulboudour pour faire le portrait d’Aladdin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.