Séance 5 – Vendredi ou la vie sauvage – L’arrivée de Vendredi et son éducation par Robinson

Objectif : 1/ Comprendre le motif de la rencontre avec « l’Autre » 2/ Comprendre les différences entre deux cultures

Robinson assiste de loin, terrifié, à un sacrifice humain exécuté par des indiens cannibales qui ont fait halte sur l’île. Il sauve un jeune indien désigné comme future victime par ses compagnons.

“À quelques mètres de là, dans un massif de palmiers nains, l’Indien rescapé inclinait son front jusqu’au sol et cherchait à tâtons de la main le pied de Robinson pour le poser en signe de soumission sur sa nuque.

Robinson s’était longtemps demandé comment il appellerait l’Indien. Il ne voulait pas lui donner un nom chrétien aussi longtemps qu’il ne serait pas baptisé. Il décida finalement de lui donner le nom du jour où il l’avait recueilli. C’est ainsi que le second habitant de l’île s’appela Vendredi.

Quelques mois plus tard, Vendredi avait appris assez d’anglais pour comprendre les ordres de son maître. Il savait aussi défricher, labourer, semer, herser, repiquer, sarcler, faucher, moissonner, battre, moudre, pétrir et cuire le pain. Il savait traire les chèvres, faire du fromage, ramasser les œufs de tortue, en faire une omelette, raccommoder les vêtements de Robinson et cirer ses bottes.

C’était devenu un serviteur modèle. Le soir, il endossait une livrée de laquais et assurait le service du dîner du gouverneur. Puis il allait s’étendre sur une litière qu’il tirait contre la porte de la maison et qu’il partageait avec Tenn.

Robinson, lui, était content parce qu’il avait enfin quelqu’un à faire travailler, et à qui il pouvait tout enseigner de la civilisation. Vendredi savait maintenant que tout ce que son maître lui ordonnait était bien, que tout ce qu’il lui défendait était mal. Il est mal de manger plus que la portion prévue par Robinson. Il est mal de fumer la pipe, de se promener tout nu et de se cacher pour dormir quand il y a du travail.

Robinson avait une autre raison d’être content. Il savait maintenant que faire de l’or et des pièces de monnaie qu’il avait sauvées de l’épave de La Virginie. Il payait Vendredi. Un demi-souverain d’or par mois. Avec cet argent, Vendredi achetait de la nourriture en supplément, des petits objets d’usage courant venant aussi de La Virginie, ou tout simplement une demi-journée de repos – la journée entière ne pouvait être achetée. Il s’était fait un hamac entre deux arbres où il passait tout son temps libre.

Le dimanche était naturellement le plus beau jour de la semaine. Le matin, le gouverneur se faisait apporter par son serviteur une sorte de canne qui ressemblait à la fois au sceptre d’un roi et à la crosse d’un évêque, et, abrité sous une ombrelle en peau de chèvre que Vendredi portait derrière lui, il marchait majestueusement dans toute l’île, inspectant ses champs, ses rizières et ses vergers, ses troupeaux et ses constructions en cours. Il félicitait ou blâmait, donnait des ordres pour la semaine prochaine, faisait des projets pour les années à venir. Puis c’était le déjeuner, plus long et plus succulent qu’en semaine. L’après-midi, Vendredi nettoyait et embellissait Speranza. Il désherbait les chemins, semait des graines de fleurs devant la maison, taillait les arbres d’agrément.”

Un peu de vocabulaire …

À quel type d’activité se rapportent les verbes défricher, labourer, semer, herser, repiquer, sarcler, faucher, et moissonner ?

Toute la classe a répondu …

Ces verbes se rapportent à l’activité d’agriculture.


Une ombrelle est un petit parasol de dame qui est porté à la main

Une rizière est un champ de riz

Un verger est un lieu planté d’arbres fruitiers

Blâmer, c’est reprocher

Un déjeuner succulent est un déjeuner savoureux


Quelques pistes de lecture …

1 – Dans le premier paragraphe, par quels gestes l’indien rescapé exprime t-il sa soumission à celui qui l’a sauvé ?

Lenny et Batuhan ont répondu …

L’indien rescapé exprime sa soumission à celui qui l’a sauvé en s’inclinant devant lui.


2 – Quel nom Robinson donne t-il à l’Indien ? Pourquoi ?

Sevin a répondu …

Robinson donne à l’indien le nom « Vendredi » car il l’a rencontré un vendredi.

3 – Quelle est la première chose que Robinson doit apprendre à Vendredi afin qu’il comprenne ses ordres ?

Saïfi a répondu …

Afin que Vendredi comprenne ses ordres, la première chose que Robinson doit lui apprendre est la langue anglaise.


4 – Quelle relation Robinson et Vendredi entretiennent-ils ? Expliquez

Constantin et Beya ont répondu …

Robinson et Vendredi entretiennent une relation maître / serviteur, comme on le voit dans la phrase suivante : « Vendredi était devenu un serviteur modèle »


5 – Qui est le « gouverneur » ? Comment ce personnage se comporte t-il ? Justifiez avec des mots du texte

Amna a répondu …

Le gouverneur est Robinson. Il se comporte comme un maître, comme en témoigne l’utilisation des verbes « ordonner » et défendre (cinquième paragraphe)


6 – Selon vous, Vendredi peut-il être considéré comme l’esclave de Robinson ? Expliquez

Lenny et Thisuri ont répondu …

Oui, Vendredi peut être considéré comme l’esclave de Robinson, comme en témoigne la phrase suivante : « Vendredi avait appris assez d’anglais pour comprendre les ordres de son maître »


Débat à l’oral

Que pensez-vous de l’attitude de Robinson vis-à-vis de Vendredi ? Quels changements voudriez-vous y apportez ?

Critères de réussite :

  1. Levez la main avant de prendre la parole
  2. Respectez le temps de parole de chacun
  3. Apportez des arguments intéressants
  4. Essayez de convaincre vos camarades d’adopter votre point de vue
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.