Séance 4 – Cyrano de Bergerac – Ragueneau, ou l’art de la gastronomie française

Objectif : comprendre en quoi on peut considérer la gastronomie comme un art à part entière

Dans la pièce de théâtre « Cyrano de Bergerac », le personnage de Ragueneau, un pâtissier-poète, symbolise cette harmonie de la cuisine et de la poésie que l’art culinaire tend à développer depuis le 17ème siècle dans le raffinement de plus en plus poussé des recettes et de la présentation des plats.


UN AUTRE APPRENTI, s’avançant avec un plateau recouvert d’une assiette.


Maître, en pensant à vous, dans le four, j’ai fait cuire Ceci, qui vous plaira, je l’espère.


(Il découvre le plateau, on voit une grande lyre de pâtisserie.)

RAGUENEAU, ébloui.

Une lyre !

L’APPRENTI


En pâte de brioche.



RAGUENEAU, ému.

Avec des fruits confits !


L’APPRENTI

Et les cordes, voyez, en sucre je les fis.


RAGUENEAU, lui donnant de l’argent.

Va boire à ma santé !

(Apercevant Lise qui entre.)


Chut ! Ma femme ! Circule, Et cache cet argent !


(À Lise, lui montrant la lyre d’un air gêné.)
C’est beau ?

LISE


C’est ridicule !


(Elle pose sur le comptoir une pile de sacs en papier.)


RAGUENEAU

Des sacs ?… Bon. Merci.

(Il les regarde.)

Ciel ! Mes livres vénérés ! Les vers de mes amis ! déchirés ! démembrés !
Pour en faire des sacs à mettre des croquantes… Ah ! vous renouvelez Orphée et les bacchantes !


Quelques pistes de lecture …

1 – En quoi ce dialogue de théâtre symbolise t-il l’harmonie de la cuisine et de la poésie ? Qu’est-ce qui vous fait dire cela ?
2 – À votre avis, quelle est l’opinion de Lise, l’épouse de Ragueneau, sur la poésie ?

Un peu de culture gastronomique …

1 – Rechercher à quoi ressemblait un repas servi à la cour du roi Louis XIV.

2 – Faites des recherches sur François Vatel, grand cuisinier du 17ème siècle. Indiquez notamment pour quels grands hommes de l’Histoire il a travaillé et quel destin tragique fut le sien.


Un repas de noces

Albert Fourié, Repas de noces à Yport, 1886 – Musée des Beaux-Arts de Rouen

On avait été chercher un pâtissier à Yvetot, pour les tourtes et les nougats. Comme il débutait dans le pays, il avait soigné les choses ; et il apporta, lui-même, au dessert, une pièce montée qui fit pousser des cris. À la base, d’abord, c’était un carré de carton bleu figurant un temple avec portiques, colonnades et statuettes de stuc tout autour, dans des niches constellées d’étoiles en papier doré ; puis se tenait au second étage un donjon en gâteau de Savoie, entouré de menues fortifications en angélique, amandes, raisins secs, quartiers d’oranges ; et enfin, sur la plate-forme supérieure, qui était une prairie verte où il y avait des rochers avec des lacs de confitures et des bateaux en écales de noisettes, on voyait un petit Amour, se balançant à une escarpolette de chocolat, dont les deux poteaux étaient terminés par deux boutons de rose naturelle, en guise de boules, au sommet.

Jusqu’au soir, on mangea. Quand on était trop fatigué d’être assis, on allait se promener dans les cours ou jouer une partie de bouchon dans la grange, puis on revenait à table. Quelques-uns, vers la fin, s’y endormirent et ronflèrent.

Extrait de Gustave Flaubert, Madame Bovary (1856)

1 – Quel cadre commun au tableau et au texte repérez-vous ? En quoi est-il un moment propice à des repas particulièrement élaborés ?
2 – Relevez dans le texte les éléments expliquant pourquoi les invités poussent des cris en voyant la pièce montée. Vous soulignerez notamment la mise en scène du dessert.

Analyse d’images

Observez ce festin de l’Antiquité. Que pouvez-vous en dire ? En quoi diffère t-il du festin observé plus haut ?

Observez ce menu qui date du 18ème siècle. Reconnaissez-vous des plats que l’on mange encore aujourd’hui ?

Travail d’écriture

Écrivez une recette de cuisine en vous inspirant de la recette des tartelettes amandines du pâtissier Ragueneau

RAGUENEAU.
Comment on fait les tartelettes amandines.
Battez, pour qu’ils soient mousseux, Quelques œufs ; Incorporez à leur mousse
Un jus de cédrat choisi ; Versez-y
Un bon lait d’amande douce ;
Mettez de la pâte à flan Dans le flanc
De moules à tartelette ; D’un doigt preste, abricotez Les côtés ;
Versez goutte à gouttelette
Votre mousse en ces puits, puis Que ces puits
Passent au four, et, blondines, Sortant en gais troupelets, Ce sont les Tartelettes amandines !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.