Séance 4 – Cyrano de Bergerac – L’aveu à Le Bret

Objectif : comprendre la complexité du personnage de Cyrano

Extrait du film de Jean-Paul Rappeneau

CYRANO, changeant de ton et gravement 
– J’aime.

LE BRET
– Et peut-on savoir ? Tu ne m’as jamais dit ? …

CYRANO
– Qui j’aime ? … Réfléchis, voyons. Il m’interdit 
Le rêve d’être aimé même par une laide, 
Ce nez qui d’un quart d’heure en tous lieux me précède ; 
Alors, moi, j’aime qui ? … Mais cela va de soi ! 
J’aime – mais c’est forcé ! – la plus belle qui soit !

LE BRET
– La plus belle ? …

CYRANO
– Tout simplement, qui soit au monde ! 
La plus brillante, la plus fine. 
Avec accablement. 
La plus blonde !

LE BRET
– Eh ! mon Dieu, quelle est donc cette femme ? …

CYRANO
– Un danger 
Mortel sans le vouloir, exquis sans y songer, 
Un piège de nature, une rose muscade
Dans laquelle l’amour se tient en embuscade ! 
Qui connaît son sourire a connu le parfait. 
Elle fait de la grâce avec rien, elle fait
Tenir tout le divin dans un geste quelconque.

LE BRET
– Sapristi ! je comprends. C’est clair !

CYRANO
– C’est diaphane.

LE BRET
– Magdeleine Robin, ta cousine ?

CYRANO
– Oui. – Roxane
.

LE BRET
– Eh bien ! mais c’est au mieux ! Tu l’aimes ? Dis-le-lui ! 
Tu t’es couvert de gloire à ses yeux aujourd’hui !

CYRANO
– Regarde-moi, mon cher, et dis quelle espérance 
Pourrait bien me laisser cette protubérance ! 
Oh ! je ne me fais pas d’illusion ! – Parbleu, 
Oui, quelquefois, je m’attendris, dans le soir bleu ;
J’entre en quelque jardin où l’heure se parfume ; 
Avec mon pauvre grand diable de nez je hume 
L’avril, – je suis des yeux, sous un rayon d’argent, 
Au bras d’un cavalier, quelque femme, en songeant 
Que pour marcher, à petits pas, dans la lune, 
Aussi moi j’aimerais au bras en avoir une, 
Je m’exalte, j’oublie… et j’aperçois soudain 
L’ombre de mon profil sur le mur du jardin !

LE BRET, ému 
– Mon ami !

CYRANO
– Mon ami, j’ai de mauvaises heures ! 
De me sentir si laid, parfois, tout seul…

LE BRET, vivement, lui prenant la main 
– Tu pleures ?

CYRANO
– Ah ! non, cela, jamais ! Non, ce serait trop laid, 
Si le long de ce nez une larme coulait !


Quelques pistes de lecture …

Une scène de confidence

1 – Quel lien unit Cyrano à Le Bret ? Justifiez

Le portrait de Roxane

2 – Relevez les adjectifs qualificatifs dont use Cyrano pour dépeindre la femme qu’il aime. Sous quelle forme apparaissent-ils ?
3 – Relevez d’autres éléments décrivant Roxane. En quoi révèlent-ils l’amour sans bornes qu’éprouve Cyrano ?

La personnalité complexe de Cyrano

4 – Qu’est-ce qui, selon Le Bret, donne une chance à Cyrano de voir son amour partagé ? Qu’est-ce qui, au contraire, empêche Cyrano de croire en l’amour ? Citez-le.
5 – En quoi cette scène modifie-t-elle totalement l’image qui était donnée de Cyrano lors de la scène de la tirade du nez (image d’un héros sûr de lui et avec de la répartie) ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.